Trans­fert ther­mi­que

Com­ment fon­c­tion­ne le trans­fert ther­mi­que ?

En fait, l’im­pres­si­on par trans­fert ther­mi­que con­sis­te à appli­quer une chaleur pon­c­tu­el­le pour trans­fé­rer l’en­cre. L’im­pri­man­te con­ti­ent des films de cou­leur qui sont fon­dus et trans­fé­rés sur le papier lors de l’ap­pli­ca­ti­on. Cela pro­duit une impres­si­on très pré­cise et qua­li­ta­ti­ve. Les films de cou­leur ne peu­vent être uti­li­sés qu’u­ne seu­le fois à la fois, c’est pour­quoi l’im­pres­si­on est un peu plus coû­teu­se pour la pro­duc­tion.

Des pro­duits impri­més de hau­te qua­li­té avec des impri­man­tes à trans­fert ther­mi­que

À quoi sert l’im­pres­si­on par trans­fert ther­mi­que ?

Le trans­fert ther­mi­que est uti­li­sé pour les pro­duits impri­més de très hau­te qua­li­té. Pour le sec­teur de l’im­pres­si­on en par­ti­cu­lier, il s’a­git d’un élé­ment très important de la chaî­ne de pro­duc­tion. Il y a cer­tai­nes impres­si­ons qui néces­si­tent un dépôt d’en­cre d’u­ne tel­le qua­li­té, com­me c’est géné­ra­le­ment le cas avec les impri­man­tes à trans­fert ther­mi­que. Nous vous con­seil­lons volon­tiers pour savoir si une impri­man­te à trans­fert ther­mi­que est la bon­ne solu­ti­on pour vot­re ent­re­pri­se.

Les impri­man­tes à trans­fert ther­mi­que sont sou­vent con­nues sous le nom d’im­pri­man­tes de caisse, d’im­pri­man­tes d’é­ti­quet­tes ou d’im­pri­man­tes de codes à bar­res, par exemp­le de Zebra, Brot­her ou d’au­t­res mar­ques popu­lai­res. Elles sont sou­vent uti­li­sées pour l’im­pres­si­on de codes-bar­res, car la plu­part d’ent­re elles pos­sè­dent un lan­ga­ge dédié aux impri­man­tes, qui est par­fai­te­ment com­pa­ti­ble avec les sys­tè­mes de caisse.

Ce à quoi vous devez fai­re atten­ti­on

Les têtes d’im­pres­si­on, ou le peig­ne ther­mi­que, sont très sen­si­bles à la pous­siè­re et à ses dépôts. En con­sé­quence, vous devez veil­ler à ce que le boî­tier et tou­tes les piè­ces de l’im­pri­man­te soi­ent con­çus de maniè­re à ne pas lais­ser la sale­té att­eind­re les par­ties sen­si­bles. En effet, c’est la seu­le façon pour une impri­man­te ther­mi­que de bien fon­c­tion­ner dans un envi­ron­ne­ment indus­tri­el. Alors les impri­man­tes ther­mi­ques avec une image d’im­pres­si­on clai­re sont idéa­les pour le quo­ti­di­en de la pro­duc­tion.

Quel­le est la dif­fé­rence ent­re l’im­pres­si­on par trans­fert ther­mi­que et l’im­pres­si­on ther­mi­que direc­te ?

Andreas Wagner

Andre­as Wag­ner

Grâce à not­re com­pé­tence de longue date et à not­re porte­feuille de pro­duits de hau­te qua­li­té, nous trou­vons ensem­ble le pro­duit qui vous con­vi­ent. N’hé­si­tez pas à nous cont­ac­ter pour tou­te ques­ti­on spé­ci­fi­que.

Cour­ri­er élec­tro­ni­que : wagner@labeltech.ch

Impres­si­on ther­mi­que direc­te

L’im­pres­si­on ther­mi­que direc­te imprime exclu­si­ve­ment en noir et dans cer­tai­nes nuan­ces de gris. Pour cela, il faut uti­li­ser un papier spé­cial. L’im­pres­si­on résul­te uni­quement du fait que la chaleur colo­re le papier. Aut­re­fois, ces carac­té­ris­ti­ques d’im­pres­si­on étai­ent sou­vent inté­g­rées dans les télé­co­pieurs et sont enco­re uti­li­sées aujour­d’hui pour l’im­pres­si­on des tickets de caisse et des reçus.

L’a­van­ta­ge est que ce pro­cé­dé d’im­pres­si­on se pas­se com­plè­te­ment de colo­rants et néces­si­te donc peu d’en­tre­ti­en. En rai­son de leur struc­tu­re sta­tique avec peu de piè­ces mobi­les, la plu­part des impri­man­tes ther­mi­ques direc­tes ont une durée de vie éle­vée.

Grâce au pro­cé­dé rela­ti­ve­ment récent du zinc, il est éga­le­ment pos­si­ble de pro­dui­re des impres­si­ons en cou­leur à l’ai­de de par­ti­cu­les de cou­leur dans un papier spé­cial, par impul­si­ons ther­mi­ques.

Impres­si­on par trans­fert ther­mi­que

Dans le cas de l’im­pres­si­on par trans­fert ther­mi­que, en revan­che, un film recou­vert d’u­ne encre sen­si­ble à la chaleur est insé­ré ent­re le bou­ton-pous­soir et le papier à impri­mer. Ce film de pein­ture a une sur­face par­ti­cu­liè­re­ment lis­se, ce qui per­met d’ob­te­nir une appli­ca­ti­on de pein­ture pré­cise et de hau­te qua­li­té lors du chauf­fa­ge.

On recon­naît une impres­si­on par trans­fert ther­mi­que à l’ap­pli­ca­ti­on bril­lan­te de l’en­cre. Tout com­me les niveaux de gris dans l’im­pres­si­on ther­mi­que direc­te, les demi-tein­tes des cou­leurs dans l’im­pres­si­on par trans­fert ther­mi­que ne sont pos­si­bles que sous for­me de tra­me.

Un aut­re avan­ta­ge est que les pro­duits impri­més ne ris­quent pas de pâlir ou de se déco­lo­rer com­me c’est le cas avec l’im­pres­si­on ther­mi­que direc­te. C’est pour­quoi ce pro­cé­dé est sou­vent uti­li­sé pour les numé­ros de série ou les éti­quet­tes qui doi­vent durer long­temps. De plus, il n’est pas néces­saire d’uti­li­ser un papier ther­mi­que spé­cial. Pour pou­voir impri­mer sur dif­fér­ents types de papier, il suf­fit de rég­ler cor­rec­te­ment la tempé­ra­tu­re, et de nombreu­ses vari­an­tes peu­vent alors être impri­mées sans pro­blè­me.

La par­ti­cu­la­ri­té du pro­cé­dé de trans­fert ther­mi­que est éga­le­ment que l’im­pres­si­on par trans­fert ther­mi­que peut être uti­li­sée non seu­le­ment pour l’im­pres­si­on d’é­ti­quet­tes, mais aus­si pour des objets tri­di­men­si­on­nels. Pour cela, il faut bien sûr des con­s­truc­tions spé­cia­les sous pres­si­on.

Quel­les sont les vari­an­tes de rub­ans encr­eurs dis­po­nibles ?

  • Cire
    Géné­ra­le­ment uti­li­sé pour le papier ou le car­ton, mais avec une fai­ble expo­si­ti­on à la chaleur.
  • Cire/résine
    Cet­te appli­ca­ti­on d’en­cre peut être uti­li­sée aus­si bien pour le papier et le car­ton que pour les éti­quet­tes en film. Le mélan­ge des deux maté­riaux per­met d’ob­te­nir une plus gran­de résis­tance.
  • Rési­ne
    Cet­te vari­an­te per­met d’im­pri­mer à des tempé­ra­tures éle­vées, ce qui rend l’im­pres­si­on très résistan­te. Les codes à bar­res et les éti­quet­tes à trans­fert ther­mi­que sont sou­vent impri­més avec ce maté­ri­au.

Vous trou­verez ici des rub­ans en rou­leaux pour nos impri­man­tes ther­mi­ques.

Nous vous con­seil­lons volon­tiers pour savoir si une impri­man­te à trans­fert ther­mi­que est le bon choix pour vous. Après tout, de nombreux fac­teurs ent­rent en ligne de comp­te. Par exemp­le, l’en­vi­ron­ne­ment, l’uti­li­sa­ti­on, les exi­gen­ces phy­si­ques et tech­ni­ques de l’ap­pli­ca­ti­on, le fabri­cant de l’ap­pa­reil, l’é­ti­quet­te qui doit être pro­duite lors de l’uti­li­sa­ti­on, l’é­lé­ment chauf­fant, le nombre de DPI et le logi­ciel d’é­ti­que­ta­ge ain­si que les dif­fé­ren­tes lar­geurs d’é­ti­quet­tes et le choix des éti­quet­tes vier­ges. C’est pour­quoi un con­seil per­son­nel et pro­fes­si­on­nel est essentiel.

Vous avez enco­re des ques­ti­ons ? Com­ment pou­vons-nous vous aider ?

Com­bien font 7+4 ?